Les plantes dépolluantes les plus faciles d'entretien
Vie pratique

Les plantes dépolluantes les plus faciles d’entretien

L’air intérieur peut être jusqu’à 5 fois plus pollué que l’air extérieur. Produits de nettoyage, appareils électroménagers et de chauffage, matériaux de construction ou fumée de cigarette en sont principalement responsables, mais également moisissures et champignons favorisés par l’humidité ou le manque d’aération. Heureusement, la nature a tout prévu et il existe quantités de plantes d’intérieur aux propriétés dépolluantes.

Les plantes dépolluantes : comment ça marche ?

La NASA a pu confirmer scientifiquement que certaines plantes dépolluantes possédaient des capacités étonnantes. Elles peuvent en 24 heures transformer 96 % des particules nocives présentes dans l’air en vapeur d’eau et en oxygène.

Certaines plantes s’attaquent ainsi :

  • aux moisissures et champignons microscopiques
  • à l’oxyde d’azote
  • au monoxyde de carbone
  • aux COV (toluène, benzène, trichloréthylène, xylène, ammoniac, pentachlorophénol et formol ou formaldéhyde)

Leurs feuilles (par les stomates) racines et tiges sont toutes au travail pour dépolluer notre air par phytoremédiation. Une plante arrivée à maturité peut s’occuper d’une surface au sol d’environ 10 m2. Les plus faciles d’entretien sont les plantes vertes aux feuilles épaisses et les cactus.

Les plantes dépolluantes contre le monoxyde de carbone

On peut classer les plantes d’intérieur en fonction des polluants dont elles sont friandes. Dans un intérieur où le système de chauffage peut provoquer des émanations de monoxyde de carbone, on choisira parmi ces plantes assainissantes :

  • le lierre (efficace contre les polluants issus de la combustion)
  • l’aralia
  • le schefflera (très robuste)
  • Fatsia japonica (aralia du Japon ou faux-ricin)
  • le chlorophytum (phalangère ou plante araignée)
  • le pothos (ou scindapsus)

Les plantes dépolluantes contre l’ammoniac

L’anthurium, ou langue de feu, très répandu et reconnaissable à son inflorescence rouge vif brillante, est reconnue efficace pour dépolluer l’ammoniac, venu de l’eau de javel ou de la fumée de cigarette, un irritant puissant des voies respiratoires. On en trouve à 8 $ sur Kijiji.

Azalée, ficus et palmier seraient eux aussi des alliés contre l’ammoniac et contre le formaldéhyde des dégraissants.

Les plantes dépolluantes contre les COV

Il existe plusieurs sortes de composés organiques volatiles (COV), la plupart étant émis par les matériaux de construction et leurs revêtements, comme les peintures, cires et autres vernis.

Les arbres aux feuilles caduques sont plus efficaces que les plantes d’intérieurs contre ces polluants mais vous pouvez toujours égayer votre intérieur (tout en évitant les matériaux émetteurs de COV) avec ces absorbeurs de formaldéhyde bien connus :

  • Philodendron monstéra
  • Poinsettia (ou étoile de Noël, dès 7 $ le pot)
  • Papyrus

L’aloé vera décompose le formaldéhyde et il est très facile d’entretien. Le lait de ses feuilles matures procurera en bonus une crème excellente pour la peau et un soin en cas de brûlure. Prix : dès 7 $ le plant de 6 à 9 pouces.

Bougies, encens ou parfums d’ambiance émettent des COV en quantités. Si vous en consommez, pensez à équiper votre intérieur de gerbera aux splendides fleurs roses. Les fumeurs ajouteront des langues de belle-mère, ou sansevieria, une plante qui filtre l’air en permanence et qui demande peu d’arrosage. Ces deux plantes se trouvent à 20 $ environ chez le fleuriste.

Des plantes dépolluantes pour se protéger des ondes ?

Le cactus est connu pour être votre allié placé près d’une source de WiFi, particulièrement le cierge du Pérou qui produit de jolies fleurs blanches, une fois prospère, les nuits d’été.

Les débats font rage sur la réalité scientifique de ces propriétés, mais à part vous piquer le doigt par mégarde un cactus ne vous voudra aucun mal près de votre ordinateur, dès 10 $ pièce.

Contre les moisissures et champignons

Si vous avez un problème de champignons dans votre intérieur, veillez à ne pas favoriser les plantes à spores ni les plantes qui émettent beaucoup de vapeur d’eau (comme la fougère ou le gerbera) en cas de moisissures.

Les décoctions de prêle des champs et d’absinthe (feuilles et fleurs) empêcheront le développement de certaines maladies. L’ail et l’ortie sont également conseillés. Utilisez enfin du charbon de bois en poudre ou du bicarbonate dans une terre pas trop acide pour stopper une prolifération de champignons parasites (traces blanches dans la terre).